Les pays européens sont-ils prêts pour les véhicules électriques ?

Temps de lecture : 2 minMobilite verte
Le manque d’infrastructures de recharge reste toujours un obstacle majeur à l’adoption des véhicules électriques sur tout le continent, malgré un intérêt croissant des conducteurs européens pour les véhicules électriques.
Partagez ceci

Telle est la principale conclusion de l’EV Readiness Index 2022 de LeasePlan, une analyse exhaustive du niveau de maturité de 22 pays européens à ce qu’il est convenu d’appeler l’adoption du véhicule électrique.

Cet indice prend en compte trois critères : les immatriculations de véhicules électriques, la maturité des infrastructures pour véhicules électriques et les incitations gouvernementales dans chaque pays.

Tex Gunning, CEO de LeasePlan, explique :

L’inaction totale des gouvernements en matière d’infrastructures pour véhicules électriques se traduit par une insuffisance des possibilités de charge au niveau européen. Alors que les prix des véhicules électriques baissent et que davantage de conducteurs passent à l’électrique, trouver une station de recharge tourne de plus en plus au cauchemar. Il faut que ce rapport soit un appel à l’éveil des décideurs politiques européens : il est maintenant urgent d’investir dans des infrastructures de recharge européennes à grande échelle. Conduire un véhicule électrique est l’un des gestes les plus efficaces que nous pouvons tous faire pour lutter contre le changement climatique, et les gouvernements se doivent de faciliter, et non de rendre plus difficile, le passage à l’électrique pour tous.

Télécharger le rapport

Voici les principales conclusions de l’Index 2022 :

  • L’adoption des véhicules électriques a sensiblement augmenté sur presque tous les marchés. Ce phénomène reflète la popularité grandissante des véhicules électriques dans les pays d’Europe, parallèlement à l’augmentation du nombre de modèles disponibles dans tous les segments. En France, la hausse régulière du nombre de véhicules électriques en circulation fait progresser notre indice de maturité sur l’électrique d’un point à 10 contre 9 en 2021.
  • Les infrastructures de recharge sont encore limitées, ce qui se traduit par une insuffisance des possibilités de charge, alors que les immatriculations de véhicules électriques augmentent à vitesse grand V. Ce constat souligne à quel point il est urgent et nécessaire que les gouvernements investissent dans des infrastructures de recharge publiques robustes et fiables dans toute l’Europe. Le territoire français régresse sur ce point, avec un score de 4 en 2022, contre 5 en 2021, montrant ainsi la difficulté des pouvoirs publics et des opérateurs privés à véritablement accompagner la transition énergétique.
  • Les véhicules électriques sont plus abordables que jamais.  La compétitivité des coûts tient essentiellement aux prix de l’énergie relativement plus faibles pour les véhicules électriques (en particulier par rapport aux prix des carburants diesel et essence, en hausse) et à des dispositions fiscales plus avantageuses pour les conducteurs de véhicules électriques. C’est vrai aussi en France grâce à une fiscalité incitative qui rend les VE toujours plus attractifs, puisque le score pour l’Hexagone passe de 12 en 2021 à 13 en 2022.
  • Au global, la Norvège s’est classée à la première place des pays européens les plus avancés dans leur transition énergétique vers électrique, la République tchèque et la Pologne ferment le classement et la Grèce a enregistré la plus forte progression de son score par rapport à 2021. Ici aussi, on constate finalement une légère amélioration du niveau de maturité de la France, qui reste toutefois en milieu de peloton, avec un score total de 27 contre 26 en 2021. C’est sur le renforcement des points de recharges publics que la marge de progrès est clairement la plus importante.
Publié le 29 avril 2022

29 avril 2022
Partagez ceci