Le véhicule électrique aux sports d'hiver

La saison hivernale a commencé fin 2019 et nombreux sont ceux qui prennent la route vers les Alpes ou les Pyrénées en cette période de vacances scolaires. Une question majeure se pose pour les e-Conducteurs : comment se comporte un véhicule électrique dans des conditions météorologiques défavorables ?

tesla-model-3-od

Ayant fait cette expérience pendant la période de Noël, je vais partager mes impressions pour convaincre les skieurs que l’électrique n’est pas incompatible avec l’altitude. Le plus important est de préparer soigneusement votre voyage et de ne pas oublier votre badge LeasePlan Charging !

Le froid est l’ennemi N°1 des batteries au lithium-ion qui perdent en efficacité lorsque la température extérieure avoisine les 0°C. Les batteries sont très bien protégées contre les chocs éventuels, l’humidité ou la surchauffe mais contre le froid, elles nécessitent de consommer davantage d’énergie pour fonctionner de manière optimale. Nous allons donc passer en revue les différentes façons d’optimiser son autonomie.

Concernant la conduite, le poids relativement élevé comparé aux véhicules thermiques équivalents et l’emplacement dans le plancher du pack batterie garantissent une bonne tenue de route au VE. Les éléments de sécurité habituels sont à contrôler avant de prendre la route, comme la pression des pneus, l’état d’usure des consommables, le niveau de lave glace… De plus, pensez à nettoyer régulièrement les caméras tout autour du véhicule pour assurer le bon fonctionnement des systèmes d’aide à la conduite tout au long du trajet.

Enfin, quelques outils digitaux à connaître : l’application LeasePlan Charging indique l’emplacement des bornes publiques compatibles tout au long du trajet. Les filtres permettent de sélectionner les stations les plus puissantes en fonction des spécificités de votre VE. L’app ChargeMap propose également une vision exhaustive des points de charge disponibles avec une communauté d’utilisateurs très actifs.

La navigation embarquée de votre véhicule pourra vous proposer des stations de recharge sur votre trajet. Une application permet également de bien préparer son trajet : A Better Routeplanner. Google Maps intègre aussi cette fonction depuis peu.

En route !

12 février 2020
 

Le trajet

Au départ de Paris, direction la région de Haute-Savoie pour un trajet de quelques 600 km, en majeure partie sur autoroute. L’autoroute A6 (Paris-Lyon) est désormais bien couverte par différents réseaux de recharge rapide dont Izivia, Tesla Superchargers et récemment Ionity. Un vaste choix de stations qui contribue à optimiser la durée du trajet en choisissant les arrêts en fonction de l’autonomie de son véhicule. Ma Tesla Model 3 Long Range AWD est homologuée à 560 km WLTP mais peut parcourir 400 km de manière réaliste sur autoroute.

La température comprise entre 0 et 10°C a réduit l’autonomie de quelques dizaines de kilomètres car la batterie demande de l’énergie supplémentaire pour rester à température optimale et il est nécessaire de chauffer l’habitacle pendant tout le trajet. Les sièges et volant chauffants sont très utiles en cette période, pour le confort des passagers bien entendu, mais également parce que cet équipement est moins énergivore que le bloc chauffage.

Mon véhicule n’est pas équipé de pneus neige, mais d’après certains testeurs, ces derniers auraient un impact de 5 à 15% sur l’autonomie en fonction du véhicule et des conditions du trajet. Certains pays limitrophes à la France peuvent exiger la monte de pneus neige pendant la période hivernale, pensez à vous renseigner avant le départ. Lors de fortes chutes de neige, l’accès à un village en altitude peut être autorisé uniquement aux véhicules équipés de chaînes. Par sécurité, il est donc recommandé d’en avoir une paire dans le coffre.

De plus, le volume de chargement est plus important que d’habitude, entre le matériel de ski, les bagages et quelques éléments de sécurité supplémentaires, il faut prendre en compte ce facteur. L’impact n’est toutefois que de 3 à 5% sur l’autonomie dans ce type de trajet, le nombre de relances sur autoroute étant limité.Afin de favoriser l’aérodynamique du véhicule, il est recommandé - si vous le pouvez - de ne pas installer de porte skis ou de coffre de toit, leur prise au vent ayant un impact sur la consommation de l’ordre de 10 à 15% sur un trajet autoroutier.

Enfin, une vitesse modérée sur autoroute dans un trafic dense en cette période de congés sera bénéfique pour l’autonomie du véhicule et la sécurité des passagers. Le mode ECO présent dans certains véhicules permet également de limiter la puissance du moteur et de la climatisation notamment, pour compenser une partie de l’autonomie perdue.

J’estime donc à 350 km l’autonomie de mon véhicule entre 2 recharges. Pour garder un peu d’autonomie à l’arrivée, le trajet nécessite donc 2 arrêts de recharge. Il faut compter une vingtaine de minutes pour récupérer 300 km d’autonomie sur les chargeurs les plus puissants. Les stations de recharge sont logiquement plus fréquentées que le reste de l’année, heureusement l’application LeasePlan Charging permet de savoir si certaines stations sont occupées ou non.

Bon à savoir : vous n’aurez pas besoin d’utiliser votre propre câble dans les stations de charge rapide, ceux-ci sont toujours attachés aux bornes DC. Pensez toutefois à emporter un câble T2 et un câble domestique en cas de besoin à l’arrivée. Le câble T3 n’est pas indispensable car quasiment plus aucune borne n’accepte cet ancien standard désormais (hormis le réseau Autolib’ à Paris).

Pendant la recharge, vous pouvez en profiter pour vous restaurer aux alentours, vous dégourdir les jambes ou encore vous divertir, comme nous l’avons montré en vidéo il y a quelques temps : bit.ly/2F6b0qD

Ci-dessous un récapitulatif des options de recharges possibles sur le trajet des sports d’hiver. Pas moins de 26 stations de recharge rapide à proximité immédiate de l’autoroute recensées entre Paris et la Haute Savoie, soit une tous les 23 km en moyenne !


carte-reload

Les réseaux de charge sont tous très différents, en termes de puissance, de prises disponibles, de coût ou encore d’accessibilité. Voici un bref résumé pour vous aider à sélectionner les meilleurs en fonction de votre véhicule et de votre trajet.

tableau 2

Le réseau Ionity : La co-entreprise des constructeurs allemands rejoints par Ford et Hyundai propose une solution de recharge efficace pour les longs trajets et se développe rapidement dans toute l’Europe. En France, une trentaine de stations sont opérationnelles, une dizaine de stations supplémentaires sont en cours de déploiement. Leur principal avantage est la puissance de recharge. Si votre véhicule accepte une vitesse de recharge élevée, vous pourrez ainsi limiter vos temps de pause à une vingtaine de minutes seulement. Ainsi, j’ai pu récupérer 200 km d’autonomie en tout juste 10 minutes pour terminer mon trajet. De plus, leur présence sur les aires d’autoroute évite de faire un détour.

Le réseau Izivia (Corri-Door) : Premier réseau de recharge autoroutier installé en France, le réseau Izivia (ex-Sodetrel) accuse le poids des années, avec une fiabilité contestable et une puissance de recharge limitée à 50KW (même 43KW en réalité), ce qui peut paraître limité pour les derniers VE commercialisés. Toutefois, le maillage de 200 stations en France permet de couvrir l’ensemble du réseau autoroutier à proximité immédiate des stations-services sur les aires d’autoroute. En revanche, il n’y a qu’une seule borne par station, il faut donc parfois attendre son tour.

Le réseau Tesla Supercharger : Exclusivement réservé aux propriétaires de véhicules Tesla, les Superchargers sont installés tous les 200 km environ à proximité de l’autoroute. Il faut toutefois passer le péage pour rejoindre le parking de l’un des hôtels partenaire du réseau Accor. La disponibilité et la simplicité d’utilisation sont optimales mais les bornes n’acceptent aucune carte de recharge. Il faut ajouter une carte bleue sur son compte Tesla pour le paiement de la recharge.

 

Les réseaux des syndicats d’énergie départementaux : la région Haute-Savoie est très bien équipée en stations de recharge. La couverture du réseau public est assurée par le réseau d’énergie départemental Syane et la supervision du réseau est de la responsabilité de la société eborn. Des bornes AC Type 2 permettent une charge lente ou accélérée jusqu’à 22 KW, et certaines bornes DC 50 KW sont installées au cœur des villages savoyards, comme ici à Thônes.

Une borne Efacec 50 KW DC propose les 3 standards : T2, CCS & ChaDeMo.

 

 

Stationnement :

Une fois arrivé à destination, le stationnement en extérieur peut présenter certaines contraintes pour un véhicule électrique. Au-delà de la neige, du gel ou encore des risques habituels de sécurité, les températures négatives sont plus ou moins bien tolérées par les batteries. Avec une température comprise entre -5°C et 5°C, la batterie de la Tesla Model 3 a perdu environ 10 km d’autonomie par jour en étant stationnée dehors.

Pensez à brancher votre véhicule si vous le pouvez. Vous pouvez le laisser branché même si la recharge est terminée sans aucun danger.

Avant de reprendre la route, un préchauffage à distance, disponible pour les véhicules connectés, est vivement conseillé surtout si celui-ci est branché. Un habitacle pré-conditionné est toujours agréable et permettra de limiter la puissance du chauffage pendant la conduite et donc la consommation. L’accès à l’application de contrôle à distance active certaines fonctions du véhicule, dont le chauffage.

L’application Tesla permet d’activer le chauffage à distance et de suivre le niveau d’autonomie de la batterie.

 

 

Conduite sur neige

Certains véhicules sont équipés de technologies d’aide à la conduite sur neige. Tesla propose un mode « Slip Start » pour se sortir des situations d’enlisement dans la neige ou la boue.

Les 4 roues motrices assurent une tenue de route impeccable, il faut toutefois ménager son pied droit sur route humide ou verglacée sinon le couple instantané du moteur électrique promet de belles glissades.

L’ESP est parfois déconnectable à l’aide d’un simple bouton.

 

 

Chaînes à neige

Les véhicules électriques sont "chaînables" pour la majorité d’entre eux, tout comme les véhicules thermiques. Certaines montes de jantes de grand diamètre pourront nécessiter des chaînes spécifiques plus étroites, ou l’utilisation de chaussettes antidérapantes.

Sur la Tesla 3, les chaînes se montent sur les roues arrière, selon les recommandations du constructeur. Les chaussettes présentent l’avantage de se monter facilement et d’être moins bruyantes que les chaînes. Elles se montrent tout aussi efficaces lorsque les routes sont partiellement déneigées.

Veillez toujours à respecter les préconisations du constructeur pour le montage des chaînes.

Conclusion

Une nouvelle expérience enrichissante de conduite d’un véhicule électrique dans des conditions météorologiques dignes des pays nordiques. Si ce climat n’est pas favorable aux longs trajets car l’autonomie se veut réduite, la multiplication des stations de recharge sur le trajet rend le voyage agréable et sans stress.

Le département de Haute-Savoie a su déployer un réseau de recharge dense et fiable qui permet de recharger son véhicule une fois arrivé à destination s’il n’existe pas d’autres options de recharge à domicile. La plupart des hôtels équipés d’un parking proposent désormais une solution de recharge, ce qui peut représenter un argument attractif pour leurs clients.

Une préparation minutieuse du trajet avec l’appui de quelques outils digitaux vous assurera donc de dévaler les pistes cet hiver, sans émission de CO2 !

What's next? #StartElectric


checklist