Se déplacer en voiture : une nouvelle tendance du déconfinement ?

Attendu depuis plusieurs semaines, le déconfinement est enfin là, comme un second souffle pour une population qui avait dû, 55 jours durant, sérieusement restreindre sa liberté de mouvement. Mais l’épidémie est toujours là, dès lors comment concilier liberté et sécurité sanitaire ? Alors qu’elle a répondu à ces deux préoccupations dominantes à l’issue du confinement, la voiture encore tout récemment décriée en tant que pollueur, semble réhabilitée. La preuve : 87 % des Français disent la préférer pour leurs trajets post-confinement.

2 juin 2020

Célébrer la liberté retrouvée

Aller faire les courses, revoir ses proches… Ces parcours que nous redécouvrons pour certains s’effectuent traditionnellement en voiture. Le déconfinement sonne l’heure d’un retour à notre liberté de mouvement et de nos retrouvailles avec notre chère voiture ! Cela se savoure !

Se protéger contre le virus

Mais l’espace de liberté que représente la voiture n’est pas la seule explication à cet engouement. Nous y trouvons aussi une bulle de sécurité où nous sommes à l’abri de la contamination. Ceux qui connaissent le métro ou le TER aux heures de pointe imaginent difficilement l’application correcte de la distanciation sociale ! Pour l’heure, la défiance est de mise dans les transports en commun, plus écologiques et plus économiques, certes mais qui ne semblent pas rassurer quant à la sécurité sanitaire.

 

Acquérir un véhicule ?

Durement éprouvé par la crise sanitaire (au mois d’avril 2020, la vente de voitures neuves a chuté de 88,8 % ), le secteur automobile retrouverait-il des raisons d’espérer ? 10 % des ménages qui n’en possèdent pas aujourd’hui affirment avoir l’intention d’acquérir un véhicule, et ce dès le second semestre 2020… Quant à ceux qui sont déjà équipés, l’intention d’achat est de 13 %, dans le même délai.

Une tendance qui viendrait à point nommé pour le secteur automobile, dont les stocks sont très importants. Ouvertes depuis le 11 mai, les concessions s’emploient donc à écouler les importants stocks accumulés pendant la crise. Elles rivalisent d’offres promotionnelles pour allécher les consommateurs et proposent des remises qui peuvent aller jusqu’à - 45 % sur le prix d’un véhicule neuf…

Envisager d’autres usages

Alors que certaines municipalités aspirent à limiter la place de l’automobile en ville, ce regain d’attractivité de la voiture risque de compliquer les stratégies des maires et la vie des citadins… A moins que ne soient développés et envisagés des modèles comme l’autopartage, mais là aussi rien n’est simple, les mesures d’hygiènes risquent d’être lourdes !

Les préoccupations sanitaires sont donc passées au premier plan, devant notamment la défense de l’environnement. Et pourtant, ne serait-il pas dommage d’effacer cette « parenthèse verte » qui a permis à la Terre de reprendre son souffle ? Le moment est bel et bien venu d’encourager des motorisations plus « éco-friendly »…