Auto revue – Mercedes-Benz EQB 350 4Matic

Un SUV électrique pour sept

Positionné entre l’EQA et l’EQC, l’EQB affiche un style très personnel… et un atout de taille : la possibilité d’embarquer deux passagers de plus !

 

Un solide SUV familial

De même que l’EQA est un dérivé électrique du GLA, l’EQB est une conversion ‘zéro émission’ du GLB. Concrètement, cela signifie que pour un modèle électrique, il présente un look relativement ‘normal’, avec un langage stylistique bien affirmé, un faciès volontaire, des parties vitrées étonnamment grandes et des volumes plutôt massifs. De profil, il impressionne surtout par la longueur et l’horizontalité du capot moteur et la relative verticalité du pare-brise.

L’EQB mesure 4,68 mètres de long, soit 22 centimètres de plus que son petit frère, dont 10 centimètres sont à mettre sur le compte d’un empattement allongé. A l’intérieur, cela se traduit par un gain de place à l’arrière au niveau des jambes et de la tête, même si l’on peut regretter la position fort basse et plutôt courte de l’assise. 

En option, vous pouvez commander deux sièges d’appoint dans le coffre. Mercedes a toutefois l’honnêteté d’annoncer que les occupants de la dernière rangée n’ont pas intérêt à dépasser le mètres soixante-cinq. Autrement dit, mieux vaut réserver ces strapontins aux enfants et à ceux de vos voisins quand vous les conduisez au club de sport.

 

419 kilomètres WLTP

L’EQB n’est initialement disponible qu’en version 300 4Matic et 350 4Matic. Mais la marque a déjà annoncé une version moins puissante en traction avant, logiquement baptisée 250. Pour la batterie, vous n’avez actuellement pas le choix : ce sera 66,5 kWh net ou rien ! Cela devrait vous permettre de couvrir 419 kilomètres, selon le cycle WLTP. 

A l’issue du test, l’ordinateur de bord indiquait une consommation moyenne d’environ 17 kWh/100 hors agglomération et 23 kWh/100 km sur autoroute. Des chiffres de consommation qui se traduisent en une autonomie de 290 à 390 kilomètres, ce qui est plutôt faible pour une voiture de ce niveau de prix.

L’EQB est toutefois équipé d’un système intelligent qui optimise la récupération d’énergie en intervenant proactivement pour mettre le véhicule en roue libre ou le freiner en fonction de la circulation, de la topographie, de la vitesse autorisée, etc. Et grâce au planificateur d’itinéraire intelligent, l’EQB suggère aussi les stations de recharge idéales sur le trajet afin de limiter les pertes de temps. En mode rapide, la recharge des batteries est possible en courant continu jusqu’à 100 kW, tandis qu’avec une borne de recharge ordinaire, la capacité maximale est de 11 kW en courant alternatif.

 

Nerveux, sans être agressif

Le 350 4Matic dispose de 215 kW / 292 ch et 520 Nm, ce qui lui permet d’atteindre les 100 km/h, départ arrêté, en seulement 6,2 secondes. Sa vitesse de pointe est limitée à 160 km/h, ce qui pour certains exigera un petit temps d’adaptation. 

Malgré les quatre roues motrices (4Matic), vous sentez que le train avant est parfois rappelé à l’ordre par l’électronique. Comme si Mercedes avait clairement voulu lui donner un caractère de traction avant. Son comportement en virage est très serein et la direction garantit une précision suffisante.

L’EQB 350 4Matic s’affirme comme un agréable compagnon de voyage pour les jeunes ménages et les familles nombreuses. Rien à redire au niveau des prestations, même si son autonomie n’a rien d’exceptionnel. Heureusement, le système de gestion de l’énergie et le planificateur intelligent d’itinéraire jouent en sa faveur.

Mercedes EQB-review-ImaginSidefront
  • Checked Icon

    Un 7-places électriques

  • Checked Icon

    Gestion intelligente de l’énergie

  • Checked Icon

    +Comportement routier agréable

  • Checked Icon

    -Prix élevés -Banquette arrière trop basse et trop courte -Autonomie moyenne