Auto revue – DS 9 E-Tense

Alternative premium ‘made in France’

Les Français ont toujours rêvé de rivaliser avec les ténors de la classe moyenne supérieure. Des efforts pas vraiment récompensés jusqu’à présent. La DS 9 y arrivera-t-elle enfin ?

 

Néo-rétro

La DS représente le style, le luxe et le confort ‘à la française’. La filiale premium de Stellantis se sert de la technologie de la Peugeot 508, dont elle a également emprunté et allongé le châssis. Résultat ? Une longue berline trois volumes esthétiquement très différente de l’original.

La DS 9 a tout ce qu’il faut pour se distinguer de la concurrence. Petit clin d’œil à la DS d’origine : les indicateurs de direction intégrés dans les montants C. Quant à la baguette chromée qui s’étend sur toute la longueur du capot moteur, elle n’est pas sans rappeler les anciennes voitures et leur capot à double charnière.

 

Un océan de luxe

A l’intérieur, la DS 9 affiche non seulement des habillages luxueux et des finitions parfaites, mais aussi des matériaux de qualité supérieure. L’habitabilité de cette berline de 4,93 mètres est excellente, tant à l’avant qu’à l’arrière et avec ses 510 litres de volume utile, le coffre est suffisamment grand.

D’un point de vue ergonomique, elle présente des atouts, mais aussi quelques défauts. Dans la colonne des plus, on notera le maintien de touches physiques pour plusieurs fonctions et la qualité des sièges, tandis que du côté des moins, on regrettera la lenteur du système d’infodivertissement et le caractère quelque peu dépassé du système de navigation.

 

Un tapis volant

Le premier argument de vente de la DS 9, c’est le confort. Sur ce plan, la marque a consenti de gros efforts. La suspension hydropneumatique des anciennes Citroën a été remplacée par la “DS Active Scan Suspension”. Il s’agit d’une suspension hautement sophistiquée qui – avec l’aide d’une caméra placée dans le haut du parebrise et de divers capteurs – s’adapte en continu aux inégalités de la route.

Le système fonctionne correctement et fait de la DS 9 une voiture particulièrement confortable, même si les suspensions pneumatiques restent le meilleur choix pour ceux qui exigent l’excellence en matière de confort.

Chez nous, la DS 9 n’est proposée qu’en version hybride rechargeable. Actuellement, la marque commercialise l’E-Tense 250 et la E-Tense 360 4x4. La “250” traction que nous avons testée est équipée d’un moteur 4 cylindres de 200 ch de 1,6 litre et d’un moteur électrique de 110 ch pour une puissance combinée de 250 ch et un couple maximum de 360 Nm. La batterie de la “250” a une capacité de 15,6 kWh et promet une autonomie électrique de 61 kilomètres.

En pratique, la transmission est homogène et répond parfaitement à la vocation de confort de la DS 9. En ce qui concerne l’autonomie, elle peut sans problème couvrir 45 à 50 kilomètres en mode électrique. Quant à la consommation, elle est vraiment ‘à la carte’, comme toujours avec les hybrides rechargeables.

La DS 9 a pas mal d’atouts dans son jeu, comme la qualité de ses finitions et son confort supérieur. Tout cela se reflète évidemment dans le prix, mais comme on aime à le dire : “quand on aime, on ne compte pas…”.

  • Checked Icon

    + Habillage élégant

  • Checked Icon

    + Confort de la suspension

  • Checked Icon

    + Habitabilité

  • Checked Icon

    -Lenteur de l’infodivertissement -Prix premium