Auto revue – BMW 745e

La reine incontestée

Tant que la nouvelle Mercedes Classe S n'est pas disponible en version hybride rechargeable, la 745e reste la reine incontestée en son royaume : celui des limousines hybrides plug-in.

 

Le démon de midi

Lorsque BMW a relooké sa série 7 en 2019, en l’affublant notamment de naseaux surdimensionnés, le constructeur en a profité pour revisiter entièrement sa ligne de transmission hybride. Le quatre cylindres de 2.0 litres a cédé la place à un six cylindres en ligne de 3.0 litres beaucoup plus puissant qui génère – en combinaison avec le moteur électrique – pas moins de 394 chevaux et un couple de 600 Nm.

Avec cette nouvelle motorisation combinée, il ne faut à la BMW 745e que 5,2 secondes pour sprinter de 0 à 100 km/h. La batterie affiche une puissance de 12 kWh, ce qui n’est pas énorme pour une voiture de cet acabit mais qui – aux dires de BMW - devrait néanmoins permettre une autonomie électrique de 55 kilomètres.

 

Autonomie et consommation

Pendant notre test, nous avons pu parcourir 40 km en mode électrique, ce qui n’est pas mal en soi, mais quand même moins que ce qu’on espérait. Heureusement, la ligne de transmission est très raffinée et la transition entre le discret six cylindres et le moteur électrique se fait en toute fluidité. Et lorsque vous activez le mode Sport et que vous titillez un peu le moteur à essence, vous serez séduit par le doux vrombissement du moteur, ce qui n’était pas vraiment le cas de la 740e.

BMW annonce une consommation normative de 2,1 l/100 km. Une promesse hélas difficile à tenir, à moins de recharger tous les 50 kilomètres et de ne quasi jamais recourir au moteur à essence. Fiscalement, la 745e est très intéressante, à condition que son taux d’émission de CO2 ne dépasse pas les 50 g/km. Faites donc bien attention à la configuration. D’une capacité de 46 litres, le réservoir est relativement petit, ce qui impose des arrêts réguliers à la pompe.

 

Cocon de luxe

Le silence à bord est remarquable et l’habitabilité est royale… même dans la version courte. Les matériaux et les finitions sont évidemment de qualité supérieure, le confort de conduite est exemplaire et le confort des sièges est exceptionnel, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. Pour ce critère, elle fait quasi jeu égal avec la Mercedes Classe S.

La 745e peut disposer de tous les systèmes d’aide à la conduite et toutes les options de confort possibles et imaginables, dont les phares Laserlight à l’efficacité impressionnante. Elle est également équipée du nouveau tableau de bord numérique de BMW, qui paraît toutefois moins raffiné que celui qui équipait l’ancienne version et qui laisse peu de place à la personnalisation.

Gros défi

Pour vous offrir cette BMW, il vous faudra quand même débourser la bagatelle d’au moins € 105.800. La pilule peut sembler dure à avaler, mais heureusement, la 745e bénéficie d’une déductibilité fiscale élevée. Il n’en reste pas moins que BMW va devoir batailler ferme face à la concurrence de la toute nouvelle Mercedes Classe S avec transmission hybride rechargeable et batterie (nettement) plus grosse, dont l’arrivée est imminente.

Tant que le taux d’émission de CO2 reste inférieur à 50 g/km, cette 745e reste une option intéressante pour le CEO en quête d’une voiture probante à la fois au niveau fiscal et au niveau écologique. Le niveau de confort général est excellent et l’agrément de conduite n’exige aucun compromis.

    • Checked Icon

      + Fiscalement très intéressante

    • Checked Icon

      + Possibilité de réduire la consommation à un niveau très faible

    • Checked Icon

      + Raffinement et confort

    • Checked Icon

      -Réservoir à carburant relativement petit -Design de la face avant